Site de la Troupe 42e Paris

Qu'est-ce que la première classe ?

« Il n'y a rien de mieux que d'être « Toujours prêts » n'est-ce pas, à ce qui pourrait arriver, même si cela paraît improbable ».
(Lord Baden-Powell)
 
      La première classe constitue la dernière étape de la progression scoute à la Troupe. Obtenue généralement au cours de la 4e ou 5e année, elle est remise par la Cour d'Honneur aux scouts qui se sont affirmés comme de véritables « piliers de Troupe ». Ainsi, tous les scouts ne sont pas forcément appelés à devenir première classe – bien qu'ils doivent tous y tendre.
      Un (scout de) première classe doit être en mesure de gérer la Troupe entière en l'absence des chefs, il doit donc disposer d'un certain charisme et d'une légitimité suffisante aux yeux des autres scouts. C'est à la fois un organisateur, un meneur d'hommes et une force de proposition pour toute la Troupe.


La signification des attributs de la première classe

      Le scout de première classe arbore un insigne rouge et blanc sur l'épaule gauche. Celui-ci doit être cousu par-dessus la première classe.
La justification de l'emploi des couleurs et de la fleur de lys est la même que pour l'insigne de la Promesse.
Par ailleurs, on peut y lire la devise des premières classe « Toujours prêt ».


Obtenir sa première classe

      Une fois n'est pas coutume, pour avoir sa première classe, le scout doit réussir les trois volets qui composent les épreuves de progression : raid / esprit / technique.
      Le schéma est le même que pour les précédentes progressions : des réflexions et des croquis sont donnés à l'aspirant première classe et ceux-ci sont discutés par la suite en Cour d'Honneur. Cette fois cependant, le scout part seul – pour une durée qui varie entre 36 et 48 heures.
      Pour valider son volet technique, l'aspirant doit avoir passé au moins un badge et doit par ailleurs s'occuper de la formation d'un autre scout qui prépare lui-aussi un badge.
      Sur l'esprit enfin, l'aspirant doit avoir pris contact avec le chef de Clan – manifestant ainsi son intérêt pour poursuivre sa progression scoute. Il ne s'agit pas ici de forcer le scout à monter à la Route, mais seulement de l'amener à rencontrer les routiers pour qu'il se fasse une idée personnelle de ce qu'est véritablement la Route.
En outre, la validation de ce volet est également subordonnée à l'état d'esprit avec lequel évolue l'aspirant, non seulement au sein de la Troupe, mais également dans sa vie quotidienne.